FUTSAL TENNIS BALLON YONNAIS : site officiel du club de foot de  - footeo

Sport et facteurs de risque cardio-vasculaires



Les maladies cardio vasculaires représentent la première cause de mortalité en France.
L’activité physique représente la meilleure prévention des maladies cardio vasculaires et constitue un élément important de leur traitement.
L’activité physique est désormais recommandée dans le domaine des maladies cardiovasculaires : elle permet d’en prévenir leur apparition et d’en limiter les conséquences lorsqu’elles sont installées.

Une détérioration des cellules qui tapissent la surface interne des vaisseaux

À l’origine des maladies cardiovasculaire, une détérioration de l’endothélium.
Cette monocouche de cellule qui tapisse la surface interne de ces vaisseaux :

  • Produit des substances à action vasodilatatrice et vasoconstrictrice (monoxyde d’azote : NO)
  • Joue un rôle important dans les processus inflammatoires
  • Contrôle une partie du passage inter- et transcellulaire des nutriments et hormones circulantes
  • Participe à la coagulation sanguine

Les principales maladies concernées

Les principales maladies cardiovasculaires concernées sont la coronopathie, obstruction des artères irriguant le cœur pouvant entrainer une angine de poitrine ou un infarctus du myocarde, l’insuffisance cardiaque chronique et l’artéripathie oblitérante des membres inférieurs

Une activité physique modérée


L’Inserm rapporte que, d’après des études, une activité physique pratiquée de manière modérée (minimum 30 minutes par séance, 5 jours/semaine) permettrait d’augmenter le diamètre des artères.
Or, avec l’âge, ce sont ces voies qui sont principalement touchées par une altération de la fonction endothéliale.
Cette fonction peut même être améliorée chez les patients touchés par des pathologies telles que le diabète de type 2, l’hypercholestérolémie ou l’hypertension.
L’Inserm note par exemple « une réduction de la mortalité de 25 à 35 % chez les patients atteints d’une maladie coronarienne ».

+