FUTSAL TENNIS BALLON YONNAIS : site officiel du club de foot de  - footeo

Le Brésil sur le toit du monde...

22 novembre 2012 - 19:43

Match de folie entre les 2 meilleures formations du futsal mondial!!! (lien vidéo sur notre site)

LE BRÉSIL CONSERVE SON TITRE EN CE DÉBUT D’APRÈS-MIDI GRÂCE À SA VICTOIRE 3-2 SUR L’ESPAGNE OBTENUE DANS LES 20 DERNIÈRES SECONDES DE LA PROLONGATION. MENÉS 1-2, FALCAO ET NETO REDONNENT UN AVANTAGE DÉFINITIF AUX BRÉSILIENS, SUR LE TOIT DU MONDE.
Cette finale qui se déroulait à Bangkok, au Indoor Stadium Huamark, clôturait les 7ème championnats du Monde de Futsal. 52 matchs, 349 buts, plus de 80 heures de futsal et une nouvelle finale Espagne – Brésil, la 4ème dans l’histoire de ces championnats du Monde remportée pour la deuxième fois consécutive par les vert et jaune. 5 titres pour les Brésiliens sur les 7 mondiaux de l’histoire. Les deux autres appartiennent à l’Espagne. Autant dire que ces deux là n’ont pas d’égaux dans l’univers mondial du Futsal.

 

L’Espagne avait pourtant démarré sa compétition par un match nul avant de très vite trouver son rythme de croisière et de se frayer un chemin jusqu’à la finale. Les Espagnols ont du batailler en sortant en huitièmes de finales les Thailandais, à domicile, puis la Russie, qui n’avait pas encaissé le moindre but jusque là et enfin l’Italie en demi-finale, habituée aux grands rendez-vous et qui avait fait preuve de beaucoup de maitrise.
Le Brésil est sorti de sa poule sans encombre malgré un dernier face à face à risque face au Portugal. En huitièmes, les Brésiliens infligent une lourde défaite aux Panaméens (16-0) avant de sortir l’Argentine qui avait pourtant terminé à la première place des qualifications Sud Amércaines. Face à la Colombie, en demi-finale, les Brésiliens s’assuraient une 6ème finale mondiale.

 

Après une première mi-temps très équilibrée et peu propice en actions (0-0), les deux finalistes ont régalé les spectateurs de l’Indoor Stadium. Dès le retour des vestiaires, la rencontre repart sur un autre rythme et Neto, le long de la ligne de touche, côté gauche, ouvre la marque suite à un corner. Une frappe lointaine qui trompe Juanjo, le portier Espagnol, coupable d’une légère faute de mains (24’). Seule la Russie était parvenue à mener face à l’Espagne depuis le début du tournoi et la Roja n’avait pas mis plus d’une minute 30 à répliquer. Sa capacité de réaction est donc attendue et très vite, les premiers éléments de réponse apparaissent. L’Espagne pousse, le Brésil repousse. Fernandao, le solide pivot Espagnol multiplie les tentatives mais bute sur Tiago, le portier Auriverde.
Pour sa défense, le Brésil évolue haut et gène les offensives adverses. L’Espagne est poussée à la faute et son capitaine, Kike, est sanctionné d’un carton jaune. Son agacement marque les premiers signes d’énervement Espagnols. Mais, le champion d’Europe est guidé par un grand entraineur, Venaccio, qui s’accapare de cette mauvaise énergie par des instructions plus fermes et décharge ses joueurs de ce danger. Et quelques secondes plus tard, Torras (30’) égalise suite à un coup-Franc en deux temps.

 

C’est dans la minute suivante que Tiago, le gardien Brésilien, se rend coupable, à son tour, d’une faute de mains et qui laisse l’Espagne reprendre l’avantage (2-1 – 31’). Il reste alors 5 minutes à jouer lorsque une transversale sauve les coéquipiers de Falcao qui se décident à évoluer avec 5 joueurs de champs. Une stratégie vite payante puisque 30 secondes plus tard, le Brésilien d’une belle frappe du gauche trouve la lucarne de Juanjo et pousse les deux équipes en prolongation (36’).

Dans la dernière minute, l’Espagne souffre. Gabriel à une balle de match dans les pieds mais bute sur le portier Espagnol alors que la 6ème faute commise par Fernadao permet à Juanjo de briller à nouveau en arrêtant le coup-Franc à 10m de Rodrigo. Fin du temps réglementaire.

 

En prolongation, les deux formations paient les efforts fournis dans le match et se neutralisent. Les deux formations se dirigent vers la séance de tirs au but mais le héros de cette compétition, Néto, trouve les ressources pour déborder à 20 secondes de la fin. Une nouvelle fois côté gauche, il ajuste un boulet de canon qui touche le poteau opposé de Juanjo avant de rebondir dans le but Espagnol. Stupeur dans les rangs de la Rioja qui a oublié l’espace de quelques secondes que les 20 dernières secondes pouvaient offrir leur part de cruauté. C’est le but de la victoire pour les Brésiliens qui s’évitent ainsi une séance de tirs au but, déjà l’épilogue de la finale Brésilienne 4 ans auparavant.

 

Le Brésil est sur le toit du monde et confirme son statut de meilleure nation du monde. L’Italie s’empare de la 3ème place grâce à sa victoire sur la Colombie, plus tôt dans la matinée, une victoire 3-0. Le prochain rendez-vous aura désormais lieu dans 4 ans. Auparavant, les nations Européennes se retrouveront pour les championnats d’Europe en Belgique, dans deux ans.

 

Commentaires

+